Insfrastructures scolaires

Une « école sous paillote » (Ecole de Bourbo, Commune de Oula / Yatenga)

Les objectifs
Pour répondre un tant soit peu aux préoccupations de l’Etat, des collectivités territoriales et des parents en matière de création d’infrastructures scolaires, l’Association NEEED s’est aussi fixé comme objectif majeur de ses différents programmes, la construction et l’équipement d’ écoles, dans les villages ou les besoins sont les plus pressants. C’est ainsi que de nombreuses communes rurales se sont vues dotées d’écoles primaires et de lycées bien équipés, en lieu et place des classes « sous paillote ».

Coupure de ruban lors de l’inauguration de l’école de Wend-Yida (Commune de Thiou, Yatenga)

En 2017, l’appui financier de « Friends of Burkina » aux USA a permis de construire et remettre officiellement une école primaire associée à un forage, une cuisine et des latrines au village de Wend-Yida dans le Zondoma dans la Commune rurale de Thiou dans la province du Yatenga .

Aperçu des infrastructures scolaires au profi de l’école primaire de Tallé-Bouli
Plantation d’arbres .
En tenue verte le Coordonnateur de NEEED (31 mai 2015)

 


Le Lycée Moderne de l’Amitié
En 2005, avec l’appui financier d’amis autrichiens (qui ont financé lacquisition du terrain dans la banlieue de Ouahigouya), de l’ONG Friends of Burkina et autres partenaires aux USA et en Allemagne, l’Association NEEED à pu mettre en chantier son grand rêve, son projet de construction d’un lycée de jeunes filles à Ouahigouya.
Avec ce Lycée Moderne de l’Amitié, NEEED a créé l’opportunité de donner aux filles appuyées dans les écoles primaires à travers ses différents projets de parrainage, l’opportunité de poursuivre leurs études secondaires dans de meilleures conditions et dans un meilleur cadre d’études, avec ainsi de meilleures chances de succès.

Les études au lycée achevées, les enfants peuvent aller dans des écoles professionnelles pour une formation pratique : enseignant de l’école primaire, infirmière, employé de bureau, secrétaire ect.
Le lycée a ouvert ses portes à partir de l’année scolaire 2004/2005, avec un bâtiment de 4 classes, un bâtiment pour l’administration, un bâtiment pour la bibliothèque et l’infirmerie, les latrines, un forage pour l’eau potable et une clôture tout autour du collège, avec un effectif de 120 filles.
Pour cette année 2015 le Lycée Moderne de l’Amitié compte 876 élèves (dont environ 71% de filles) avec 17 salles de classes, une bibliothèque, une infirmerie, un plateau omnisports, une cantine et un réseau électrique solaire. L’alimentation en énergie solaire est effective depuis la rentrée scolaire 2010-2011 grâce à l’action conjuguée des partenaires techniques et financiers allemands.

 


Lycées Municipaux de Tangaye, Thiou et Séguénéga
A l’image de leurs homologues des communes rurales de Thiou (2008-financement de la famille Stetter ) et de Séguénéga en 2009, les élèves de la commune rurale de Tangaye ont bénéficié d’un nouveau lycée dont l’inauguration est intervenue le vendredi 31 octobre 2008, sous la présidence du ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, Joseph Paré.
Deux bâtiments de huit salles de classe, une administration, un logement de proviseur, une cuisine, des latrines et un forage sont les infrastructures qui composent le nouveau Lycée municipal de Tangaye.
L’œuvre est de l’association Nimbus, enfance environnement éducation et développement (NEEED) basée à Ouahigouya et de la Fondation McKinsey Kinderhilfe (en Allemagne). Erigé en commune rurale tout dernièrement, et quand on sait qu’éducation engendre développement, on comprend la forte mobilisation de la population de la localité à cette cérémonie d’inauguration.
Cet établissement vient désengorger la capacité d’accueil du seul lycée de cette commune. Il contribuera certainement à booster le taux de scolarisation. « Au regard du taux d’occupation des classes déjà réalisées, environ 100%, il y a lieu de mentionner ici la pertinence du projet qui vient sans doute soulager le maire et ses administrés », s’est réjoui Laciné Sawadogo, coordonnateur de l’association NEEED.
Cette initiative, précise-t-il, traduit la mise en œuvre de la feuille de route et de la stratégie d’accompagnement de sa structure aux nouvelles communes rurales de la région du Nord. En mai dernier, Tangaye avait déjà bénéficié de deux écoles primaires et de deux forages.
Cette action que vient de réaliser NEEED s’inscrit en droite ligne avec la réforme du système éducatif en cours dans notre pays. Le ministre en charge de l’Enseignement, Joseph Paré, l’a reconnu en ces termes : « L’association NEEED a bien compris que l’éducation est la clé de voûte de tout développement, car dans son plan triennal 2008-2010, des infrastructures scolaires tant au primaire qu’au secondaire, seront réalisées comme nous le constatons aujourd’hui avec l’édifice que nous avons en place.
Ces actions méritent d’être saluées, encouragées et soutenues à sa juste valeur ». Avant de terminer, le ministre a fait savoir aux nouveaux locataires de cet établissement, que le développement durable de Tangaye repose sur leurs épaules. C’est pourquoi, leur a-t-il dit, « cela passe par leur sérieux et leur assiduité dans leurs études ».
Avec l’accompagnement financier de la Fondation Mckinsey for children des infrastructures scolaires ont été réalisées au profit du village de Bagahoko, dans la commune rurale de Oula (province du Yatenga. Il s’agit d’un forage, d’un bâtiment de 3 salles de classe+bureau/magasin, des latrines et une cuisine. La remise officielle de ces ouvrages a eu lieu le 20 octobre 2012 lors d’une cérémonie présidée par le Gouverneur de la Région du nord.